Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu enseigner! J'ai été "la maîtresse" pour ma soeur et mon frère (désolé d'ailleurs!!!) puis lorsque je suis rentrée en 6è, j'ai voulu devenir prof d'hist-géo, comme ma prof préférée!!! Et depuis, mon rêve de petite fille ne m'a jamais quitté!

988x688_1910beddb5fca865a34c731774c3dc38fbc5567e

A 22 ans, je passe le concours pour devenir prof d'hist-géo que j'obtiens du 1er coup! Je fais alors la fierté de mes parents, et, je dois l'avouer, un peu la mienne! Je suis fière d'avoir réussi un concours réputé difficile et que peu de personnes ont la chance de décrocher du premier coup!

Mon année de stage se déroule plutôt bien. Je ne me suis pas trompée, je fais "le plus beau métier du monde"!!!

Puis ça se gâte un peu!!! Je n'obtient pas de poste pour l'année suivante: trop de profs pour le nombre de postes à offrir, je deviens donc titulaire remplaçante ! Mais je ne dois pas me plaindre, je reste dans mon académie (ce qui n'était pas gagné vu mon âge, j'ai échappé de peu à la région parisienne!!!)

Mais je dois effectuer un remplacement long à 100 km de chez moi et j'enchaîne les correspondances avec le train (après m'être endormie sur l'autoroute, je préfère les transports en commun!) qui me font quitter ma maison de 6h30 à 20 h10!!! Des journées de malades!!! Mais je tiens bon, je l'ai voulu ce métier et je ne lâcherais pas à la première difficulté!!!

Ensuite, pendant 4 ans j'enchaîne les remplacements (souvent pour toute une année, ce qui est plutôt confortable) mais sans savoir où je vais atterir la rentrée suivante ni pour combien de temps! La plupart du temps, j'effectue 1h de trajet pour me rendre au lycée!!!

En 2010, enfin, le saint graal: j'ai obtenu un poste fixe dans un collège à 20 min de la maison!!! LE BONHEUR!!! Il sera de courte durée, puisqu'un an plus tard j'apprend qu'il n'y a plus suffisamment d'heures à faire dans ma discipline dans ce collège et que je vais devoir aller travailler ailleurs pour compléter mon service! Aie, c'est la soupe à la grimace! Je viens de tomber enceinte et ma "balader" entre deux établissements ne me reéjouie guère!!! Et comme de fait, un mois après la rentrée, le verdict tombe: "vous faites trop de déplacements et vous avez des contractions! Vous ne retournez pas travailler!!!".

Depuis, j'en suis à mon 3è établissement en service partagé! Et oui, tous les ans, ça change sinon c'est pas drôle! Je vous passe les semaines de stress avant de savoir où je vais effectuer mon complément à la rentrée suivante, la découverte de nouveaux locaux/collègues/élèves/chefs... tous les mois de septembre, le fait de n'être sans cesse "que de passage"...

Cette fois encore, les horaires à se répartir sont tombés et pour "sauvegarder" deux autres postes à temps complet dans mon établissement, c'est mon poste qui, encore, est mis en danger! Je vais devoir faire la moitié de mon service dans un autre établissement, j'espère pas trop loin, mais ça... on ne sait pas, et malheureusement c'est même un partage sur 3 établissements qui risque de me tomber dessus!!!

Merci chère éducation nationale!!!

 

Alors après 10 ans de bons loyaux services, j'ai besoin de pousser un ENORME COUP DE GUEULE!!!

J'aime mon métier, j'adore enseigner, et je retire même beaucoup de satisfaction après certains cours! Je suis investie dans mon travail et sans cesse en recherche de nouvelles méthodes pédagogiques, de renouvellement de mes leçons, mes exercices...

Mais là, trop c'est trop!!! Qui accepterait d'être traité ainsi? Comme un pion qu'on place à sa guise au gré des besoins! On m'a encore dit aujourd'hui qu'il fallait penser en priorité au bien des élèves!!! Encore heureux, on est là pour ça non? Mais comment on peut assurer un enseignement de qualité lorsqu'on passe son temps sur la route, que l'on est jamais vraiment là, que l'on se perd dans les manuels (différents d'un établissement à un autre?)

Comment un enseignant, dégoûté par le système, peut-il être un bon enseignant?

Clairement, aujourd'hui, je me sens broyée par la machine et ce métier que j'aimais tant, je commence à m'en détacher... Je ne veux pas continuer encore des années à être corvéable à merci par l'éducation nationale et méprisée du reste de la société! C'est vrai, ces profs toujours en vacances ou en grève, incapables d'enseigner la laïcité, de se faire respecter dans leurs classes... j'en passe!

Ce métier, ... peut être que finalement je vais devoir m'en détacher... mais pour faire quoi? Comment accepter de mettre l'équilibre financier de sa famille en danger pour changer de vie? En ai-je vraiment envie? Ces questions se bousculent dans ma tête!!! Mais est-ce la colère qui me fait parler, et écrire ce soir, ou est ce que mon étincelle s'éteint? Je ne veux pas être une de ces profs qui a perdu sa flamme...

Mes collègues m'ont dit aujourd'hui, il ne te reste plus qu'à faire un petit deuxième!!! Bah oui tiens, quelle bonne idée, pour échapper à une situation merdique, faire un enfant c'est une bonne idée non? Mais qui va bientôt se retrouver avec une équipe de foot à la maison si ça continue??? J'en ri, mais, jaune, ce 2è enfant nous l'avions envisagé, bien avant que j'apprenne cette nouvelle. Mais si par bonheur, cela devait arriver, que pensera t-on? Et bien, que j'ai fait un enfant afin d'éviter d'aller travailler dans 3 établissements différents!!! Super!!!

 

Alors, chère éducation nationale, sache que je place toute ma confiance en toi afin de trouver des solutions pour améliorer le quotidien des enseignants, par là même celui des élèves, et de notre société...

 

Une prof (un peu) en colère!